Fédération des Syndicats
de Quartiers de Pessac

Le campus universitaire

Situé à 20 minutes du centre ville de Bordeaux, le campus universitaire de 240 hectares dont  65 % sur la commune de Pessac (quartiers de Brivazac, Saige et Compostelle) est l’un des plus vastes d’Europe. Son aménagement naturel et ses équipements en font un espace de vie et de travail des plus agréables.L’Université de Bordeaux trouve son origine dans la bulle du pape Eugène IV datée du 7 juin 1441. L’initiative de cette création doit être attribuée à l’archevêque Pey-Berland.

Elle est constituée en 1896, à l’initiative du Professeur Louis Liard de la faculté des Lettres de Bordeaux, sur les bases qui resteront inchangées jusqu’en 1968.

Entre  1961 et 1967, la faculté déménage du cours Pasteur à Bordeaux vers le campus.

Le décret n° 95-675 du 9 mai 1995 consacre la partition de l’Université Bordeaux 1 en créant 2 universités : Bordeaux 1 (Sciences et Technologies) et Bordeaux 4 (Droit, Sciences sociales et politiques, Sciences Economiques et de Gestion).

L’Université Bordeaux 1 rassemble dans toutes ses composantes près de 11 500 étudiants consacrant leurs efforts aux grands domaines des Mathématiques, de l’Informatique, de la Physique, de la Chimie, des Sciences Biologiques et des Sciences de la Terre et de la Mer.

On note chaque année, parmi les diplômes obtenus au terme de cinq années d’études, 300 diplômes d’Ingénieurs préparés, soit à Bordeaux 1 (MATMECA, ISTAB), soit dans les écoles rattachées par convention que sont l’ENSCPB (Ecole Nationale Supérieure de Chimie et de Physique de Bordeaux) et l’ENSEIRB (Ecole Nationale Supérieure Electronique, Informatique et Radiocommunications de Bordeaux), 290 DESS, 360 DEA et plus de 160 thèses. Plus de 200 diplômés de l’Université réussissent, enfin, chaque année, après une préparation spécifique, les concours d’accès aux professions de l’enseignement primaire ou secondaire (Professorat des écoles, CAPLP2, CAPET, CAPES, Agrégation).

L’Université Bordeaux 1, acteur économique et social important de la Région, entretient des liens privilégiés avec de nombreux partenaires publics (Conseil Régional, Conseil Général, Villes de Bordeaux, Talence, Pessac, Gradignan…) et privés. Elle participe au développement de l’innovation technologique. A ce titre, l’Université Bordeaux 1 est soucieuse de renforcer encore son partenariat industriel (grands groupes, PME, PMI) et de nourrir les pépinières et hôtels d’entreprises à proximité des campus. Accentuer ainsi la capacité et la qualité d’insertion professionnelle des étudiants et de leurs débouchés dans le tissu économique, notamment régional, représente une mission prioritaire de l’Université.

La décision de placer l’ancienne Faculté de Lettres sous le haut patronage de Michel de Montaigne a été prise en janvier 1990 par le Conseil d’Administration de Bordeaux 3, sous l’impulsion de Régis Ritz, alors président de l’Université, lecteur fervent de l’oeuvre de Montaigne et partisan convaincu de la nécessité d’une gestion humaniste d’un grand établissement consacré à l’Education au sens le plus noble de ce terme.

La formation à l’université Michel de Montaigne Bordeaux 3 est dispensée 14 847 étudiants par :

  • 11 Unités de Formation et de Recherche (UFR)
  • 1 Institut EGID Bordeaux 3
  • 1 Institut Universitaire de Technologie (IUT Michel de Montaigne)
  • 4 départements :
    • Département des Activités Physiques et Sportives (DAPS) Département Informatique
    • Département d’Etudes de Français Langue Etrangère (DEFLE)
    • Département d’Etudes de Français Langue Etrangère (DEFLE)
    • Département d’Enseignement à distance (EAD)
  • 1 service commun de formation continue
Plan du campus universitaire
Plan du campus universitaire
Michel de Montaigne
Michel de Montaigne
Plan en perspective de l'Université Montaigne
Plan en perspective de l'Université Montaigne

L’Université Montesquieu – Bordeaux 4 est héritière de l’ancienne Faculté de droit et de sciences économiques dont les origines lointaines remontent au XVème siècle. Par délibération de son assemblée constitutive provisoire, l’Université a souhaité rendre hommage à Charles-Louis de Secondat, baron de La Brède et de Montesquieu, en adoptant son nom.

Elle comprend des formations et des instituts dans les domaines du droit et de la science politique, de l’économie et de la gestion. Elle est organisée en 6 UFR de droit, d’économie et de gestion, et d’administration économique et sociale (AES), auxquelles s’ajoutent un Institut d’administration des entreprises (IAE) et deux Instituts universitaires de technologie (IUT), l’un à Bordeaux, l’autre à Périgueux. Par ailleurs, lui est rattaché par convention l’Institut d’études politiques de Bordeaux. Forte de 12500 étudiants, elle représente un ensemble d’enseignants-chercheurs, de chercheurs et d’enseignants de l’ordre de 400 personnes, et de personnels non universitaires de 300 personnes. Elle délivre environ 4100 diplômes par an dans les sites de Bordeaux, ainsi que de Périgueux et Agen où se trouvent deux antennes délocalisées.

Son potentiel de recherche se mesure lui aussi en quelques chiffres : 3 écoles doctorales (droit, sciences économiques, gestion et démographie, science politique), 16 DEA auxquels s’ajoutent 31 DESS. Les initiatives des chercheurs sont individuelles mais elles sont aussi structurées dans le

cadre de 35 centres de recherches reconnus par le ministère dont plusieurs sont rattachés à des grands organismes de recherche tels que le CNRS et la Fondation nationale des sciences politiques.

Insérée dans sa région, ouverte sur le monde, l’Université Montesquieu – Bordeaux IV s’attache à diversifier et renouveler ses activités.

Le Centre Régional des Œuvres Universitaires et Scolaires est un établissement public à caractère administratif. Sa mission : améliorer les conditions de vie et de travail des étudiants. Pour cela, le Crous les accompagne tout au long de leur vie estudiantine en leur proposant un ensemble de services diversifiés qui évoluent tous les ans pour mieux répondre à leurs besoins.

Plan de situation de l'Université Montaigne
Plan de situation de l'Université Montaigne